Skip to content Skip to footer
Horaires d'ouverture jusqu'au 03 février : 10h - 17h
Horaires d'ouverture jusqu'au 03 février : 10h - 17h

Les jardins au temps des papes

Comme les grands princes du Moyen Age, les papes d’Avignon ont considéré les jardins comme partie intégrante de leur palais. Reprenant la situation du verger et des jardins établis à l’est de l’ancien palais épiscopal, Jean XXII, Benoit XII, Clément VI et Urbain V ont créé de nouveaux jardins à partir de ceux de leurs prédécesseurs.

Mais les jardins sont des aménagements fragiles : seuls demeurent visibles aujourd’hui les corps de bâtiments qui y avaient été établis. Par chance, les archives comptables de la Chambre apostolique conservées au Vatican permettent de reconstituer l’historique de la création de ces jardins. Nous y trouvons de multiples informations relatives à l’édification des remparts, des fontaines et de divers corps de bâtiment mais aussi aux espèces plantées et aux constructions de bois et de verdure.

A l'origine des jardins : Jean XXII

Evèque d’Avignon en 1310, Jacques Duèse devient le pape Jean XXII en 1316 et s’installe à Avignon. Il annexe les bâtiments voisins du palais épiscopal, et fait reconstruire les écuries adjacentes. Un verger est réaménagé en 1324 : le sol est aplani, des arbres et de la pelouse sont plantés, un système d’arrosage est mis en place, une muraille est construire pour fermer la zone. Les bases des jardins pontificaux sont posées.

Jean XXII possède en outre une vaste collection d’animaux, signe de sa richesse et de sa puissance. Ours, lions, chameaux, sangliers, cerfs, chats sauvages ou encore lapins y sont gardés en cages. Ses successeurs y ajouteront de nombreux volatiles : grues, autruches ou paons animent les lieux et on en retrouve d’ailleurs la trace sur les décors peints des appartements privés.

Le jardin Vieux de Benoit XII

« Ortus Vetus » : un terme qui signifie « espace clos », la caractéristique principale des jardins médiévaux. Ce jardin est dit « vieux », en résonance avec le palais Vieux dont il accompagne la construction, sur une surface de 2000m2. Le jardin inférieur occupe la partie basse du terrain, près des étuves. Il est équipé d’un puits, autour duquel est semé du gazon. La partie supérieure reçoit un jardin d’agrément ainsi qu’un potager, qui alimente la table papale : choux blancs, choux verts, épinards, poireaux, fèves, ou encore aubergines, blettes et potirons côtoient des herbes odorantes et médicinales comme la marjolaine, la bourrache, le persil et le fenouil.

Le jardin Neuf de Clément VI

Viridarium Novus. Créé en 1344, le jardin neuf est créé vers la tour Trouillas. Clément VI l’entoure de murailles, et apporte également de nombreux aménagements dans le jardin inférieur, notamment un abri pour le puits ainsi qu’une salle de délassement, reliée aux étuves par un portique de plâtre et de bois. Très ombragé, ce jardin neuf est intégralement semé de prairie, à laquelle font écho les fresques de la Chambre du cerf. Une grande fontaine trône au centre, réalisée en pierre blanche d’Orgon, et alimentée par un profond puits qui dessert également les étuves voisines.

Le Verger d'Urbain V

Urbain V réserve les jardins pour son agrément personnel, mais créé en 1365 une extension en contrebas, y creuse un nouveau puits et y installe des tonnelles. Dans le jardin inférieur, Urbain V fait édifier un bâtiment (la Roma), qui sera richement décorée de carreaux de pavement en terre cuite et utilisée par Matteo Giovanetti comme atelier. Cet édifice sera détruit vers 1835, mais il subsiste encore les vestiges de ses énormes piliers.

Icon
Icon
Icon
Icon
Icon
Icon
Icon
Icon

AVIGNON TOURISME 2023